C'est fou. Fou comme rien n'est prévisible, fou comme la vie ne nous offre jamais ce que l'on attend d'elle. On croit que tout se passera comme prévu et pouf! le hasard, les rencontres, bref, la vie, font que rien de ce qu'on prévoyait n'arrive !

f_e_clochette

L'été dernier, j'aurais mis ma main au feu que je serais en ce moment en train de préparer mes oraux d'agreg en vue d'entrer dans la Recherche en Lettres en septembre prochain... j'aurais aussi juré que je serais célibataire endurcie (parce que les études ne peuvent décemment pas rimer avec les Amours). Et puis la vie est passée par là. Bon, autant vous prévenir tout de suite, le happy end n'est ni immédiat, ni évident ;o)

J'ai donc commencé en septembre à préparer l'Agreg à ma fac, en vue de poursuivre dans la recherche. Sauf que... une fois retournée dans le monde merveilleux de ma petite Sorbonne à moi (la mienne n'est pas la grande Sorbonne...), où les profs ne sont là que pour recevoir leur salaire et où les étudiants, hypocrites comme tout, étouffent sous leur égo monumental, j'ai compris que la Recherche n'était pas faite pour moi (ou inversement) et que, de toute façon, rester étudiante encore une année de plus me tuerait (oui oui, me tuerait, carrément). J'ai donc, trois mois avant l'échéance, décidé de préparer aussi le Capes (pour être prof de lettres donc, mais en collège). Imaginez donc le stress et le boulot que j'abats depuis décembre dernier !

Telle une petite nonne, j'avais juré fidélité à mon dieu le Travail et étais persuadée que s'il y avait bien une année où mon petit coeur de midinette ne me jouerait aucun tour, ce serait cette année. Pfffff. La vie elle est marrante quand même : premier vrai coup de foudre pour un jeune homme fort beau, premier vrai amour, première vie à deux pendant plusieurs mois.... et premier très gros chagrin d'amour ! Heureusement, j'ai attendu le lendemain de ma dernière épreuve de concours pour entamer gaiment le si joli jeu de la rupture amoureuse... ahem. Autant vous dire que depuis décembre, stress, amours et désamour m'ont permis d'avoir une vie faite de nuits blanches répétées (si vous saviez comme je suis épuisée...) et de perdre, vous allez être jaloux/ses, 6 bons kilos !!

Mais, car il y a un mais... ce n'est pas tout ! S'arrêter là serait trop triste. Et puis surtout : trop banal ! Qui n'a pas vécu exactement la même chose ? Le premier amour : c'est d'un commun ! Le premier chagrin : mieux vaut le vivre une fois que ne jamais le connaître, non ? Parce qu'au moins, cela veut dire que l'on a aimé !!

Donc pour mettre un peu de piment dans tout ça, voilà la suite des aventures de Guess What !
Deux semaines après la fin de mes épreuves d'Agreg (le capes était en mars et l'agreg en avril), et donc, deux semaines après avoir vécu les pires moments de douleur, de vide, de manque... j'ai dû (quelle horrible obligation) partir quelques jours à San Diego, made in California, pour le mariage de l'une de mes meilleures amies de collège. A priori, rien de transcendant là-dedans... sauf que la miss épousait un ancien marine... Et que les marines, c'est beau. Surtout en uniforme... et que la petite Guess What, semble-t-il, s'est dégotté un petit marine... rien que pour elle... et toc ;o)

soleilcouchant

Alors après cette année particulièrement difficile (le nombre, réduit, de recettes postées peut servir de preuve !), se dire que rien de ce qui était prévu n'est arrivé mais que ça se termine ainsi, moi je dis, chapeau la vie ! (ce qui ne veut pas dire non plus que c'est facile facile...)

yper_buzz_02

" Qui vit sans folie n'est pas si sage qu'il croit."

La Rochefoucauld