Il est des moments, comme ça, où certaines choses se mettent à bouger beaucoup plus vite que prévu, à prendre des tournures inattendues (souvent espérées) et où la vie provoque à l'insu de notre plein gré (enfin ça, ça reste à prouver...) de nouvelles situations bien agréables et passionnantes à vivre.

barri_refleurs

Bref, aujourd'hui, Guess What ne râlera pas. Ni contre les grêvistes de l'Opéra de Paris qui pour la troisième fois consécutive gâchent en partie un opéra auquel elle a assisté les yeux béats d'admiration devant le génialissime chef d'orchestre Seiji Ozawa, ni contre ces petits **** d'étudiants rebelles à cause de qui sa fac est fermée (et cette fois-ci même aux agrégatifs), ni contre le froid qui lui gèle les mains...

winnie_danse

Pour continuer dans ma lancée de pub, je vous présente les petites bouchées que j'ai apportées lors de l'une des répèt de ma chorale... parce que chanter, c'est bien, mais ça demande énormément d'efforts physiques !!! si si !!! une bonne récompense s'impose donc :

Madeleines au chocolat blanc et Madeleines à la pralinoise : le choc !!

Copie_de_DSC_0373

2_petits_chiens_de_dos

Pour une vingtaine de madeleines à la pralinoise :Copie_de_DSC_0363

- 100 g de pralinoise

- 40 g de sucre

- 25 g de farine

- 30 g de beurre

- 65 g de fromage blanc allégé

- 2 oeufs

- 30 g d'amandres en poudre

Duel, first round :

Faire fondre la pralinoise et le beurre au bain-marie.

Retirer du feu et ajouter les ingrédients un par un, dans l'odre que voul'voul !

Verser dans les moules à madeleine (ou autres, après tout ;o)

Faire cuire 12 minutes à 180 °C.

Copie_de_DSC_0367

Copie_de_DSC_0379     Madeleines au chocolat blanc (même quantité) :

    - 100 g de chocolat blanc

    - tout pareil !! (la pralinoise en moins, of course !)

    Duel, second round :

    On prend les mêmes, et on recommence !!

tabletteschoco

Copie_de_DSC_0365

Avec un café bien noir, entouré(e)(s) de copines(ains), c'est le top !

th_

« Ne craignez pas d'être lent, craignez seulement d'être à l'arrêt. »

Proverbe chinois